Les symboles des chakras

Par Mona Bessaa – publié le 20 décembre 2017

Symbole de Sahasrara chakra

Symbole de sahasrara chakra, situé sur le sommet de la tête et dont la représentation figure
une fleur de lotus à mille pétales.


Artiste plasticienne passionnée par la symbolique des formes et des couleurs, j’ai rencontré à travers ma pratique du yoga et de la méditation, un vaste champ d’exploration. J’ai longtemps pratiqué le yoga sans ressentir le besoin d’en expliquer le fonctionnement ou les bienfaits. Ces derniers étaient suffisamment visibles pour me contenter.

Mon travail artistique a tout d’abord été insidieusement influencé par cette forme de spiritualité avant que je ne consacre plus concrètement une série d’œuvres au système des sept chakras principaux, notamment à travers la réalisation d’émaux peints sur cuivre. Dans le domaine de l’iconographie des mandalas et des yantras, les images abondent. Diverses traditions se côtoient dans un syncrétisme parfois déroutant. Aussi, afin de mieux appréhender leur signification artistique, est née cette volonté de décoder le symbole de ces centres énergétiques.

Notions de chakras et de corps subtils
Au cours de ma pratique du yoga, j’ai d’abord approché la notion de chakras à travers les postures du Hatha yoga. L’apport théorique était volontairement léger car non nécessaire dans cette pratique débutante. Et puis, quelques années plus tard, j’ai souhaité comprendre le symbolisme des chakras et des corps subtils tels que présentés dans de nombreuses écoles de yoga contemporain.

Quelles étaient les origines de ces deux notions ? J’avais à cœur d’étudier le sujet en profondeur. Mais les nombreuses informations recueillies s’avéraient difficiles à évaluer. Aussi, pour faire la part du vrai et du juste dans les théories diverses, les propos et associations multiples, j’ai finalement opté pour un échange avec le professeur de yoga Christian Möllenhoff, celui-là même qui m’enseigna les techniques mettant en œuvre les chakras.

« Je pense qu’il faut tout d’abord séparer les expériences liées aux dimensions subtiles et les représentations empruntées pour les décrire. » distingue Christian Möllenhoff. « Depuis un moment le symbolisme et les idées véhiculées autour des chakras ont commencé à vivre de façon autonome. »

Les origines du concept chakra
Dans les corps subtils, des phénomènes se manifestent à différents endroits. De cela, un peu partout dans le monde et depuis fort longtemps, on trouve des témoignages. Mais les chakras en tant que concept est une notion apparue avec le yoga tantrique. Même dans les traditions yogiques d’avant la période tantrique, la notion de chakras est inexistante. En revanche, d’autres concepts liés aux chakras sont présents bien avant, par exemple dans le Taittiriya Upanishad, composé environ 600 ans avant Jésus Christ.

Taittiriya Upanishad décrit les cinq couches, voiles ou dimensions de l’être humain nommés koshas. Le corps physique est la dimension la plus grossière ; puis il y a la dimension de l’énergie vitale, la dimension mentale, la dimension de l’intelligence intuitive et la dimension de la félicité. Lors de la guidance de son long yoga nidra, Swami Janakananda explique que les chakras sont des points où ces dimensions s’entrecroisent.

Si les chakras ont été systématisés au sein de la tradition du yoga, cela ne signifie pas que les phénomènes que représentent les chakras ont été traités pour la première fois par ces traditions. Christian ajoute que chez les indiens Hopi d’Amérique du nord, il existe un système semblable. Il cite encore un autre exemple : « Mon maître Swami Janakananda est allé plusieurs fois en Amérique du Sud pour étudier l’art des indigènes. Il y trouva de nombreuses références aux chakras comme par exemple une image représentant une personne qui parle à la fois avec sa bouche et avec anja chakra. »

Anja chakra, ou troisième œil, est le chakra situé au milieu de la tête. Il est, selon la tradition, directement lié à la communication télépathique, au sixième sens, à l’intuition.

Symboles des chakras - Ajna

Ajna chakra, le chakra de commande se trouvant au milieu de la tête, derrière le point inter
sourcilier. Les deux nadis majeurs, Ida et Pingala, se termine dans ce chakra, c’est la raison
pour laquelle Ajna chakra est symbolisé par une fleur de lotus à deux pétales.

 

Le nombre de chakras
La manière dont j’ai représenté les sept principaux chakras dans mon travail artistique reprend cet axe vertical qu’est le corps humain et dont la base est muladhara chakra et le sommet, sahasrara chakra.

Les chakras sont connectés par les trois flux énergétiques principaux, ida et pingala nadi qui se croisent dans les chakras et sushumna nadi qui suit l’axe vertical à travers les chakras. Selon la mythologie du Hatha yoga, une force dormante puissante – la kundalini – loge dans muladhara chakra. Lorsque celle-ci s’éveille, elle monte dans sushumna nadi pour atteindre sahasrara chakra, au sommet de la tête.

Le nombre de sept chakras principaux me semblait fixe, mais Christian en donne une autre version.

« Il n’y a pas que sept chakras principaux. En fait, en étudiant les textes anciens sur le yoga, on s’aperçoit que le nombre diffère selon les traditions. Il y a des traditions qui en comptent moins de sept et d’autres qui en comptent davantage. »

Les chakras standardisés
Selon Hareesh (allias Christopher Wallis, professeur de yoga et spécialiste en sanskrit et traditions tantriques), le système des sept chakras provient de deux textes sanskrit, Śāradā-tilaka et Ṣhaṭ-chakra-nirūpaṇa, rendus connus grâce à la traduction en anglais qu’en a fait Sir John Woodroffe au début du 20ème siècle. Peu d’Indiens maitrisent suffisamment bien le sanskrit pour consulter eux-mêmes les textes d’origine, c’est pourquoi ces deux traductions ont été déterminantes. Elles ont permis d’influencer considérablement le yoga moderne, en Inde comme en Occident. C’est ainsi que le système des chakras a pris forme et s’est en quelque sorte « standardisé » au sein du yoga moderne.

Dans la tradition de Swami Satyananda à laquelle Christian adhère, huit chakras sont communément présentés dans les pratiques de base. Il en existe davantage encore dans les pratiques avancées. Pour illustrer cette présentation, Christian ouvre un livre d’art traditionnel de yoga. On peut y voir la représentation de plusieurs chakras figurant au-dessus de sahasrara ainsi qu’en dessous de muladhara.

 

Symbole de Vishuddhi chakra

Ma représentation de vishuddhi chakra, situé dans la gorge.

Symboles, associations et correspondances
Aux sept chakras figurant dans le système moderne, on attribue à chacun d’entre eux, une couleur, une pierre, une fonction, une glande endocrine, une correspondance dans le corps humain et, une note de musique. Pour Christian, il est clair que ces associations ne proviennent pas de la tradition du yoga. « Ces idées ont été superposées sur les chakras tantriques lorsque le concept de chakras est arrivé en Occident » assure-t-il.

Christian insiste sur l’importance de faire la distinction entre ce qui est présenté dans la tradition tantrique et ce qui a été ajouté ultérieurement. La plupart des informations qu’on trouve sur Internet et dans la littérature spirituelle contemporaine ne proviennent pas des textes fondateurs ou des pratiques ésotériques ayant survécu jusqu’à nos jours. Elles ont été élaborées à partir de sources récentes (fin du 19è, début 20è siècle). Elles sont par exemple issues en partie, des écrits du théosophe Charles Webster Leadbeater et de son ouvrage The chakras. Ce prêtre anglais qui affirmait être clairvoyant, associe au système des chakras – dans une création qui lui est personnelle – des organes et des glandes.

Couleurs des chakras
Au cours de la réalisation de mes émaux sur cuivre et autres peintures sur toile, j’ai choisi de représenter la couleur des chakras selon une conception contemporaine, c’est-à-dire en reprenant les couleurs de l’arc-en-ciel. En regardant des peintures anciennes issues de la tradition indienne, je m’aperçois qu’il existe différentes possibilités d’apporter de la couleur aux chakras, bien que souvent en fait, tous les chakras d’une même œuvre ont la même couleur. En comparant diverses descriptions des chakras, on s’aperçoit que les maîtres indiens n’attribuaient pas toujours les mêmes couleurs.

« Prenons les notes de musique comme autre exemple, suggère Christian. Nous utilisons une technique – Chakra Rohana – où l’on fait résonner des notes dans les chakras. Mais c’est plutôt la note qu’on fait vibrer dans cet endroit pour toucher le chakra. La note n’est pas associée au chakra. Et d’une personne à l’autre, les notes qui résonnent parfaitement peuvent même varier. »

 

Symbole Anahata chakra

Dans anahat chakra, les deux triangles superposés symbolisent l’union entre l’énergie et la
conscience. J’ai choisi pour le représenter selon une interprétation moderne, un vert émeraude.

 

Les symboles des chakras comme outils
Les chakras sont traditionnellement représentés sous la forme d’une fleur de lotus dont chaque pétale contient une syllabe de l’alphabet sanskrit. A chaque syllabe qui résonne d’une façon particulière, correspond une divinité. Les pétales sont liés au nombre de nadis qui passent par les chakras. C’est pourquoi, au sommet, les pétales se déploient jusqu’au millier avec sahasrara chakra autrement nommé « fleur aux mille pétales ». Il figure parfois des formes géométriques dessinées dans les chakras ou bien des animaux.

Pour Christian, il faut envisager « les symboles traditionnels des chakras dans le contexte de la pratique. Les symboles liés aux chakras sont des « outils » permettant de contacter les plans subtils à travers des rituels, des visualisations et mantras. Cela signifie qu’il ne s’agit pas de décrire une réalité objective, les images des chakras décrivent la pratique. Ce sont des clés pour toucher l’être en profondeur. »

Manipur Chakra Symbole

Ma visualisation de manipura chakra, chakra se trouvant au niveau du nombril.

 

La fleur comme symbole
Je me suis souvent demandé pourquoi la pratique du yoga et de la méditation invoque-t-elle si souvent l’univers des fleurs. Je pense non seulement aux fleurs de lotus dans la représentation des chakras, mais aussi par exemple, à la campanule bleue évoquée dans la pratique de yoga nidra ou bien à d’autres espèces florales présentes dans d’autres pratiques méditatives.  Il est question ici de visualisation, explique Christian.

« Le hatha yoga traditionnel travaille beaucoup avec la visualisation. C’est d’abord une manière d’engager l’esprit : au lieu de focaliser son attention sur la respiration, sur le corps ou de fixer le regard sur la flamme d’une bougie, on visualise. Et puis la fleur comme objet de visualisation a une valeur. C’est un archétype de la beauté et de l’harmonie. Dans un état d’extase harmonieux, la vision de fleurs ou de beaux paysages peuvent spontanément se présenter. Lorsqu’on visualise, le procédé s’inverse. Ainsi, en visualisant une fleur, on espère que l’état associé à la fleur va s’installer. »

Quelle vérité derrière les chakras ?
Si les symboles des chakras nous apporte des clés permettant de les déverrouiller plutôt qu’une réalité objective, qu’est-ce qui est réel alors ? On peut se demander s’il est correct de parler des chakras en dehors du contexte de la pratique. Je sais moi-même comment les pratiques impliquant les chakras m’influencent. Mes expériences personnelles ainsi que celles des pratiquants n’indiquent-elles pas quelque chose de réel, de plus concret ?

« De nombreuses personnes pratiquant le yoga font l’expérience des chakras et de l’énergie subtile. Certaines vivent des expériences assez époustouflantes qui paraissent correspondre plus ou moins à la mythologie autour des chakras décrite dans les textes fondateurs du hatha yoga. Ceci peut se produire suite à une pratique assidue. Cela arrive aussi parfois chez les personnes qui sont sous l’influence de substances psychédéliques ou même lors d’une relation sexuelle. Quand un grand nombre de personnes relatent des expériences semblables, il faut considérer qu’il y a quelque chose derrière. 

Même si les témoignages diffèrent, les expériences semblent approximativement suivre un modèle commun. Je suis personnellement convaincu qu’il y a du « réel » dans ces faits, mais pas nécessairement comme nous nous l’imaginons. L’imagination est créatrice, surtout sur les plans énergétique et mental. Certains aspects de ces expériences relatives aux chakras peuvent être liés aux attentes et concepts déjà rencontrés intellectuellement, tant sur le plan personnel que collectif.

Ensuite, je vois les systèmes des chakras comme des simplifications. Le fait qu’il y ait des variations entre les différentes simplifications suggère qu’il existe un chevauchement entre ce que représente les différents chakras et la présence d’une certaine forme de plasticité et de fluidité toute relative, personnelle et subjective.

Finalement, et pour revenir à un aspect que j’ai déjà évoqué, je dirais qu’il ne faut pas charger la réalité que sous-tend les chakras dans les symboles employés pour les décrire, mais considérer plutôt ce que représentent ces symboles.  »

 

Swadhisthana Symbole

Swadhisthana situé dans le coccyx est symbolisé par un lotus à six pétales.


Expériences personnelles
Christian a appris les techniques qu’il enseigne lors d’une résidence de 5 ans dans l’ashram de Swami Janakananda dans les forêts du sud de la Suède. Avec presque 20 ans d’expérience dans le domaine du yoga et de la méditation, je me demande si sa pratique lui a fait vivre des expériences, des visions particulières et comment les a-t-il vécu et ressenti ?

« Au risque de décevoir, je dois dire que je me considère comme étant assez insensible aux chakras. S’il est vrai que je possède un certain savoir sur les chakras, cela provient certes de mon fait, de ma pratique, mais également de ce que je vis lorsque j’enseigne ces techniques, de ce que m’apportent les témoignages des confrères yogis et de mes élèves. 

J’ai rencontré de nombreuses personnes ayant vécu des expériences beaucoup plus sensationnelles que les miennes. Avant, cela me frustrait. Aujourd’hui que ma pratique a muri, je pense qu’il est sage de juger le succès de son sadhana non par les expériences intéressantes vécues, mais par l’impact qu’a le sadhana sur la vie quotidienne. En fait, cette fascination pour les expériences « extraordinaires » est même considérée par de nombreux maîtres comme étant un obstacle…

D’un autre point de vue, beaucoup de capacités psychiques liées aux chakras sont banales. Chacun s’en sert sans en être vraiment conscient : télépathie, précognition et ce genre de choses sont présents chez tous, mais de nos jours, avec le bruit informatique, il est difficile de s’en apercevoir. Lorsqu’on vit dans l’abri d’un ashram c’est différent. Là, cela devient perceptible. »

 

Muladhara chakra symbole

Muladhara chakra, fleur de lotus à quatre pétales et générateur d’énergie.


Le pouvoir du serpent

Le serpent est une figure qu’on retrouve souvent dans la représentation des chakras pour symboliser la kundalini.

Symbole terrifiant pour certains, il suggère prudence et respect. A cet égard, certains pensent qu’il faut être prudent lorsqu’on entreprend une pratique susceptible d’éveiller le serpent endormi. Christian pense-t-il qu’il y ait des risques à travailler avec les chakras ?

« Il y a des risques avec tout, répond-t-il. Mais en suivant les consignes des experts, les risques peuvent être minimisés voire même éliminés. Je n’ai jamais rencontré une personne qui ait eu des problèmes suite à une pratique correcte du yoga. J’ai rencontré des cas mettant en évidence des difficultés d’ordre énergétique. Elles étaient surtout liées au cannabis et aux substances psychédéliques. Parfois, il y a à la base chez le pratiquant, l’existence d’une maladie mentale. Dans d’autres situations, il y a souvent présente, une part d’obsession de soi ainsi qu’une fascination pour un certain type d’expériences. Une approche de la spiritualité sur-intellectualisée et basée sur les lectures peut aussi jouer un rôle. »

La conclusion
S’il est vrai que mon point de départ en menant ces recherches et lectures diverses était de développer mes connaissances afin d’enrichir ma compréhension et m’inspirer dans ma pratique artistique, il s’avère que rien, aucun texte, aucune explication aussi savante et pertinente soit-elle, ne remplace la pratique. Pratiquer le yoga et la méditation m’a permis de développer ma créativité de façon notoire, pour le plus grand bien du corps comme de l’indissociable mental d’une artiste toujours en quête de sens. Or, force m’est de constater que ce sens est dans le faire, c’est-à-dire d’abord dans la pratique. Et dans ce domaine j’en témoigne, l’assiduité est gage de félicité.

 

Artiste Mona BessaaMona Bessaa est artiste peintre, diplômée d’une thèse de Doctorat en Esthétique des Arts plastiques. Elle rencontre l’univers du yoga et de la méditation en 2012 lors d’une retraite dans les Pyrénées. C’est à partir de cette découverte déterminante que son travail s’oriente vers de nouvelles thématiques et que naissent ses premières œuvres symboliques structurées autour des figures du mandala ou de la géométrie sacrée.

www.mona-bessaa.com

mona.bessaa@gmail.com