Un Portrait de Vigyana Shakti

Par Christian Möllenhoff – publié le 1 janvier 2020

Au début des années 2000, j’ai suivi une formation dirigée par Swami Janakananda pour devenir professeur de yoga et de méditation. J’appartenais à un groupe d’aspirants professeurs particulièrement motivé qui habitait au centre de retraite Haa en Suède. L’entraînement était intense et la plupart de ceux qui l’ont tenté ont abandonné après un an ou deux. Mais pas Vigyana Shakti, une des personnes du groupe qui, tout comme moi, est allée au terme de cette formation. C’est son portrait que j’ai décidé de vous dresser.

Vigyana découvre le yoga

Vigyana Shakti est originaire d’Estonie mais elle a déménagé en Suède à l’aube de ses vingt ans. Avant de découvrir le yoga, elle faisait des études pour devenir photographe, métier qu’elle avait toujours rêvé d’exercer. Mais à son grand étonnement, son intérêt pour la photographie s’est subitement étiolé, ce qui a été source de frustrations.

C’est à ce moment là qu’elle a commencé à se sentir attirée par le yoga, sans en connaître grand chose. Elle a essayé quelques cours de power yoga dont elle a été déçue. Quelques mois plus tard, dans une boutique de la vieille ville de Stockholm, une brochure parmi tant d’autres a attiré son attention :  le descriptif des retraites de yoga au Centre Haa en Suède. La plus longue et la plus profonde de ces retraites était – et est toujours – le stage de trois mois. Vigyana a aussitôt été captivée. Après avoir lu et relu la brochure à plusieurs reprises, la nécessité de participer à cette retraite lui est apparue comme une évidence.

Le stage de trois mois

Vigyana a d’abord participé à une retraite de deux semaines à la fin de laquelle Swami Janakananda est passé pour un Satsang. Sa manière d’être lui a fait grande impression et elle a aussitôt su qu’elle souhaitait étudier auprès de lui. Après quelques mois, elle est revenue pour le stage de trois mois. 

Je conserve beaucoup de vifs souvenirs de cette retraite. A l’époque je séjournais déjà dans l’ashram depuis deux ans et j’étais le responsable de la cuisine. Je me rappelle de Vigyana Shakti comme d’une personne un peu timide, réservée et à l’air sévère. Elle me posait prudemment  des questions par rapport à la formation et la vie dans l’ashram.

Le stage de trois mois n’a pas été l’expérience extatique sur un petit nuage rose qu’elle s’était imaginée. Physiquement, elle s’était sentie en grande forme mais psychologiquement elle avait traversé des épisodes difficiles. “C’était une expérience profonde et il y avait beaucoup de choses que je ne comprenais pas.” dit elle.

La décision de devenir professeur de yoga

Ce qui attirait avant tout Vigyana, c’était le mode de vie yogique. Elle avait vu les professeurs aspirants qui travaillaient au centre et avait été intriguée par nos efforts. La liberté avec laquelle nous menions les tâches pratiques autour du stage l’avait fascinée, m’a t-elle-dit. Swami Janakananda et Ma Sita étaient les professeurs principaux mais les stages étaient rendus possibles grâce au karma yoga dont s’occupaient les membres de l’ashram

L’idée d’enseigner le yoga l’intriguait tout en lui faisant peur. Mais pour Vigyana la formation n’était pas qu’une simple formation de professeur de yoga, il s’agissait d’une formation pour la vie.

L’entraînement

Après son stage de trois mois, Vigyana est restée à Haa durant huit années. C’était un temps précieux qui lui a permis de progressivement comprendre toutes les choses qu’elle n’avait pas saisies durant son stage.

Quelques années plus tard, en tant que aspirant professeur senior, elle assistait Swami Janakananda et Ma Sita comme enseignante pendant les retraites. “Pour un professeur de yoga, enseigner durant le stage de trois mois est une incroyable opportunité. En guidant les élèves jour après jour, nous voyons comment nous nous créons souvent des difficultés pour nous-mêmes au lieu de suivre le flux. Il est plus facile de le voir en tant que professeur que quand nous sommes dedans nous mêmes en tant que pratiquants”  dit elle.

Elle reconnaît toutefois qu’il peut parfois être difficile de faire partie du personnel encadrant les retraites. Les états mentaux des participants influencent les professeurs. Quand ces derniers libèrent du bagage psychique et des pensées lourdes grâce au yoga, c’est comme si cela s’attardent dans l’air avant de se dissiper. Le risque pour les professeurs est donc de s’identifier avec ces vibrations et de se les approprier. Un autre aspirant professeur qui vivait à Haa à l’époque disait qu’habiter dans l’ashram c’était comme vivre à la fois au ciel et en enfer.  

Vigyana Shakti crée sa propre école

Vigyana est une personne déterminée qui fait avancer les choses sans se tracasser. Elle a une personnalité d’Europe de l’est, le genre de personnalité qui ne se laisse pas facilement décourager par les obstacles. De telles qualités sont essentielles pour apprécier pleinement l’entraînement que nous avons reçu et pour enseigner à son propre compte. Après avoir passé huit ans dans l’ashram de Haa et quelques années dans un ashram à Copenhague, Vigyana a ouvert sa propre école à Malmö en Suède. “Cela a nécessité  beaucoup plus de travail que ce que je m’étais imaginé ! Et j’étais très sensible au début, après avoir passé tant d’années à l’ashram ».

La passion pour les textiles

Depuis son jeune âge, Vigyana Shakti s’intéresse aux textiles. Petite, elle passait déjà des heures dans les boutiques spécialisées à s’imaginer ce qu’elle pourrait faire avec différents tissus. Avoir vécu dans l’ashram – au contact de la nature – et y avoir pratiqué autant d’heures de yoga chaque jour a profondément modifié sa relation aux textiles. Suite à cette expérience, elle est devenue beaucoup plus sensible aux différents matériaux. Il est désormais essentiel pour elle de ne porter que des tissus d’origine naturelle. 


Lorsque Vigyana a quitté l’ashram, elle a commencé à chercher des textiles qui conviendraient à la confection de vêtements destinés à la pratique du yoga. Parallèlement à son travail de  professeur, elle s’est lancée dans la production de pantalons de yoga. Elle a conçu ses pantalons pour qu’ils soient compatibles avec le genre de yoga classique que nous enseignons dans notre tradition. Ils sont amples, respirables et parfaitement adaptés au pranayama et à d’autres pratiques assises.

Vous pouvez acheter les pantalons de Vigyana Shakti sur sa boutique en ligne >>>

Avec le code promo YOGANICA20PARIS vous bénéficiez de 10% de remise.

Transformation

Nous entendons souvent dire que le yoga mène à la transformation. Je pense que ce mot est trop solennel, voir même prétentieux. Cependant, je dois avouer que ce n’est pas faux. Les changements sont lents et il est plus difficile de les voir en nous-mêmes que chez les autres. C’est pourquoi je suis heureux de rester en contact avec celles et ceux qui étaient là lorsque j’ai moi-même débuté. Il est inspirant de voir comment la jeune femme à l’air sévère à son arrivée  à l’ashram s’est finalement métamorphosée en une professeur de yoga gaie, puissante et rayonnante.

A propos de l’auteur
Christian Möllenhoff est suédois, il habite en France depuis 2010. Professeur de yoga et de méditation, formateur d’enseignants, il est connu pour ses longues séances et sa pédagogie des plus rigoureuses. Sa connaissance approfondie confère à son enseignement puissance et authenticité. Christian est le professeur principal de l’école Yoga & méditation Paris et le créateur du site Forceful Tranquility où il dispense ses cours en ligne.