Quel est le but du yoga ?

Par Christian Möllenhoff – Publié le 7 novembre 2017

Carte qui démontre le chemin vers le but du yoga

On m’interroge souvent sur le but du yoga. Voici quelques-unes de mes réflexions sur le sujet. Je présenterai le but du yoga tel que décrit dans les textes ancestraux. Je commencerai d’abord par un aperçu des motivations personnelles qui animent les élèves pratiquant le yoga dans notre école.

Qu’est-ce qui motive nos élèves ?
J’ai pu constater que les gens qui viennent pratiquer à Yoga & Méditation Paris ont des buts divers. Certaines cherchent à diminuer les effets négatifs du stress ou même à s’entraîner à diminuer les états de stress, c’est à dire à reprogrammer le système nerveux de façon à ne pas déclencher inutilement la réponse lutte ou fuite qui nous sert mal dans la vie quotidienne moderne.

D’autres pratiquants cherchent à renforcer leur santé ou à guérir d’une maladie. De nos jours, un grand nombre de problèmes de santé sont d’origine psychosomatique. Le yoga et la méditation activent le système nerveux parasympathique, c’est pourquoi l’impact sur la santé est souvent étonnant.

Par ailleurs, nombreux sont ceux qui trouvent qu’une pratique de yoga les aide à faire face aux défis de la vie. Ils constatent que la pratique les recharge en énergie et les aident à se libérer des impacts générés par les difficultés de la vie. Au final, le yoga les aide à prendre en charge leur propre destin, ils acquièrent plus de force et de clarté dans la poursuite de leurs aspirations.

J’ai aussi à plusieurs reprises, pu constater que parmi les personnes attirées par notre approche, un certain nombre sont créatives : artistes, peintres, musiciens, écrivains et comédiens trouvent que la pratique les aide à rester inspirés et productifs.

Dans une autre catégorie, on retrouve des sportifs qui cherchent à augmenter leurs performances. Je connais par exemple un snowboarder danois qui selon lui est passé d’élite danois à elite mondial grâce à sa pratique du yoga et de la méditation.

Finalement nos élèves pratiquent le yoga et la médiation avant tout pour mieux comprendre qui ils sont réellement, pour trouver le coeur de leur être et pour s’y relier.

Pour résumer, je dirais que le but du yoga varie selon le pratiquant et que diverses motivations coexistent souvent chez la même personne.

Le but du yoga dans les traditions ancestrales
Mais quelles étaient les aspirations des maîtres d’autrefois ? Quel est le but du yoga selon les textes qu’ont laissé les traditions ancestrales? Il se trouve que chez ces maîtres aussi, les motivations sont multiples. Il se dégage cependant deux lignes principales.

Tout d’abord le yoga était pour les maîtres ancestraux un chemin vers la libération, mukti ou moksha. Cette notion est aussi décrite dans les termes kaivalya, isolation ou nirvana, extinction. Ce “phénomène” se produit lorsque l’âme individuelle, atma, découvre qu’elle n’est pas séparée de la conscience universelle, brahma, mais qu’elle en constitue une partie inséparable. Autrement dit, l’âme individuelle découvre qu’elle n’existe pas véritablement et que seule l’âme universelle est réelle.

En fonction du système métaphysique employé par une tradition donnée, la signification varie, il n’existe pas de consensus quant à la définition exacte de ce qu’est la libération. Certains textes déclarent même que les états tels que moksha, kaivalya et nirvana, sont impossibles à décrire tellement ils sont au delà des frontières de la cognition normale, au-delà même de la vie et de la mort.

Le deuxième but du yoga selon les textes anciens, consiste en l’acquisition de puissance et le fait de développer des pouvoirs surnaturels appelés “siddhis”. Ces derniers sont des pouvoirs extraordinaires, désirés ou indésirables, telles la perception extra sensorielle ou la connaissance du passé, du présent et du futur. D’autres siddhis consistent en la capacité à devenir très fort, très lourd ou très léger, ou encore, la faculté de quitter son corps à volonté et même d’entrer dans le corps d’un autre. Les siddhis comprennent aussi la capacité de devenir invisible ou de tromper la mort.

Mon siddhi favori et fréquemment mentionné, est tout simplement le pouvoir de faire ce que l’on souhaite.

L’utilité de ces pouvoirs est un point de débat dans les textes. Il est souvent donné pour avertissement que, certes encourageants, les siddhis risquent de détourner l’attention du yogi de son but ultime : la libération.

Remerciements :
Mona Bessaa, pour la relecture.