Chakra

Chakra d'une peinture du Rajastan

Vishuddhi chakra, comme un lotus avec 16 pétales, dans une peinture du Rajastan datée du 17ème siècle.

Etymologie
Chakra est un mot sanskrit qui signifie « roue » ou « cercle ».

Description
Dans la métaphysique tantrique, le mot chakra désigne les centres psychiques, c’est-à-dire les points dans le corps subtil où les différentes dimensions de l’être s’entrecroisent.

Les principaux chakras se situent physiquement dans la colonne vertébrale, au croisement de trois grands nadis : sushumna, ida et pingala nadi. Dans la tradition indienne, les chakras sont symbolisés par des fleurs de lotus. Chaque pétale représente un des canaux énergétiques connectés au chakra. La lettre sanskrite correspondant à la vibration du nadi est inscrite sur chaque pétale.

Fonctions
Les chakras font partie de l’anatomie psychique de l’être. Ils sont à la fois des centres de communication, des organes sensoriels subtils et les responsables de certains processus psychiques. Chaque chakra exprime l’énergie subtile de manière différente.

Devenir conscient des chakras
Nos chakras peuvent être plus ou moins actifs. Tout le monde les utilise, même si le niveau de conscience que l’on en a et l’usage que l’on en fait varie d’une personne à l’autre. Les psychotechniques du hatha yoga permettent d’accroître l’énergie dans les chakras, via une foule de méthodes allant des techniques de purification du corps aux méditations et visualisations avancées.

Les premiers signes d’une activité augmentée dans un chakra comprennent souvent de frissons et la sensation de courants d’énergie. En matière de hatha yoga, les écrits ainsi que les maîtres contemporains, soulignent l’importance d’être guidé par un expert lorsqu’on travaille avec des méthodes stimulant le flux énergétique.

Des expériences de chakras peuvent aussi nous parvenir de manière spontanée.

Points de contact et d’activation
Certains chakras ont un point de contact ou d’activation – kshetram en sanskrit. Les points de contact des chakras de la colonne vertébrale se trouvent sur le devant du corps. Celui de ajna chakra (le chakra du milieu de la tête) se situe au niveau du centre inter-sourcilier. Certains chakras se reflètent également dans d’autres parties du corps. Le bout du nez, par exemple, est lié à muladhara chakra – le chakra de la racine, localisé au dessus du périnée.

Kundalini & amrit
Deux processus psychiques sont intimement liés aux chakras : celui de la kundalini et celui de l’amrit. Selon la mythologie du hatha yoga, la kundalini est la force primordiale qui propulse l’univers entier. Au niveau de l’individu, elle est canalisée par muladhara chakra (le chakra de la racine). Elle y réside sous forme d’énergie psychique dormante.

Selon les textes fondateurs du hatha yoga, le but d’un yogi est d’éveiller la kundalini et la faire monter dans sushumna nadi, le long de la colonne vertébrale, jusqu’à sahasrara chakra (le chakra situé au sommet de la tête), où elle se fond avec la conscience suprême. Pour y parvenir, elle doit percer les autres chakras en venant à bout des blocages qui peuvent y résider.

L’amrit est le nectar d’immortalité. Il est généré par bindu visarga, au sommet de l’arrière de la tête, et goutte vers les chakras inférieurs comme une perfusion divine. En temps normal, l’amrit est consommé par le feu digestif au niveau de manipura chakra (sur la colonne vertébrale, derrière le nombril). Un yogi peut rediriger ce flux vers d’autres chakras, où l’amrit peut être raffiné et utilisé pour la guérison du corps.

Lors d’une méditation profonde l’amrit peut être dégusté comme un goût doux dans la bouche.

Chakras dans d’autres cultures
La description des chakras dans la tradition yogi est influencée par la culture et la philosophie indiennes. Les qualités des chakras y sont souvent personnifiées par des dieux ou des animaux indiens. Les phonèmes de la prononciation sanskrite décrivent les vibrations dans ces centres.

Si les hatha yogis en ont été les meilleurs explorateurs, la connaissance des chakras existe aussi dans d’autres cultures, où elle s’exprime par d’autres images et d’autres métaphores. Les chakras sont par exemple connus chez les Indiens Hopi en Amérique du nord. Même la culture occidentale montre des traces d’un savoir oublié des chakras et de l’énergie subtile.

Les chakras dans le yoga contemporain
A la fin du 19ème siècle, les Théosophistes ont étudié les textes fondateurs du hatha yoga. Ils ont essayé d’associer les chakras aux glandes et au plexus du système nerveux. Aujourd’hui encore, de nombreuses idées concernant les chakras trouvent leur origine dans ces interprétations.

L’usage de substances psychédéliques dans les années 60 a encore accru l’intérêt de l’Occident pour ces sujets. Il en va de même concernant le mouvement New Age.

Les chakras restent un sujet uniquement théorique pour la plupart des professeurs et pratiquants d’un yoga contemporain corporel. Cependant, au sein des traditions ayant conservé le hatha yoga authentique, les chakras sont toujours utilisés de manière pratique.

Nombre de chakras
Le nombre de chakras varie selon les traditions. On compte d’habitude six ou sept chakras principaux, auxquels viennent se rajouter des chakras mineurs. On considère généralement muladhara comme le chakra du bas, et sahasrara comme celui du haut, mais selon certaines écritures, il existerait des chakras au-dessous de muladhara et d’autres au-dessus de sahasrara.

Chakras majeurs :

Nom Localisation
Muladhara Au-dessus du périnée
Swadhisthana Au niveau du coccyx
Manipura
– parfois Nabhi Chakra
Sur la colonne vertébrale, derrière le nombril
Anahata Sur la colonne vertébrale, derrière le cœur
Vishuddhi Sur la colonne vertébrale, derrière la gorge
Ajna Au milieu de la tête
Bindu Visarga En haut de l’arrière de la tête
Sahasrara Au sommet de la tête

Les chakras mineurs les plus importants :

Nom Localisation
Surya chakra A droite au-dessus du nombril
Chandra chakra A gauche au-dessus du nombril
Lalana chakra parfois Manas chakra  Sur le dessus du palais
Kala chakra parfois Soma chakra Au-dessus de lalana chakra