L’influence de nadi shodana sur le cerveau

Ecrit par Erik Hoffmann, titulaire d’une maîtrise en psychologie, pour la magazine Bindu – Publié sur ce blog le 26 février 2014, avec l’aimable autorisation de l’Ecole Scandinave de Yoga et de Méditation.

Nadi-shodana-session

Des électro-encéphalogrammes ont permis de mesurer l’équilibre entre les deux hémisphères du cerveau, avant et après Nadi Shodana. L’impact de seulement 10 minutes de pratique est époustouflant.

Un plus grand calme et une plus grande clarté d’esprit, plus d’inspiration et d’énergie : tels sont les effets généralement ressentis par ceux qui pratiquent Nadi Shodana (la respiration alternée). Mais est-il possible de les mesurer scientifiquement ?

Electro-encéphalogramme et ondes cérébrales
Un courant électrique continu parcourt le cerveau. Ces ondes cérébrales sont mesurables par électro-encéphalogramme (EEG) – par le biais d’électrodes placées sur le crâne.

Il existe quatre types d’ondes cérébrales. En phase de sommeil profond, les ondes delta sont prédominantes (1 à 4 oscillations par seconde). Lorsque nous somnolons ou lorsque nous rêvons, les ondes thêta (4 à 8 oscillations par seconde) sont les plus présentes.

  • Ondes alpha
    Ondes alpha
  • Ondes beta
    Ondes beta
  • Ondes theta
    Ondes theta
  • Ondes delta
    Ondes delta
 Images sous licence Creative Commons (voir pied de page).

Celles qui nous intéressent sont les ondes alpha  (8 à 13 oscillations par seconde). On les retrouve principalement chez les personnes en état de relaxation, les yeux clos, mais suffisamment éveillées pour vivre consciemment l’expérience. Lorsqu’elles ouvrent les yeux, ou sont distraites par autre chose, les ondes alpha diminuent au profit des ondes béta, plus rapides (13 à 40 oscillations par seconde) ; leur cerveau est activé. La quantité d’ondes alpha dans le cerveau témoigne donc de notre degré de relaxation consciente. Quand les ondes béta prédominent, nous sommes dans un état habituel d’action et de réflexion. En état alpha, en revanche, l’ouverture et la créativité sont plus grandes, le cerveau est plus en contact avec les émotions et l’inconscient.

Des études scientifiques ont montré que la méditation accroît la quantité d’ondes alpha. De nombreux indicateurs laissent à penser que les personnes qui méditent ont plus d’ondes alpha que la normale.

Les deux hémisphères du cerveau
Le fonctionnement de l’hémisphère gauche du cerveau est verbal, analytique et logique, alors que la perception de l’hémisphère droit est musicale, émotionnelle et spatiale. L’hémisphère gauche pense en mots et en concepts ; le droit pense en images, en sensations et en perceptions. Dans un cerveau normal, l’équilibre entre hémisphère gauche et hémisphère droit évolue spontanément, au gré de ce que nous faisons. Lorsqu’on lit, qu’on écrit et qu’on parle, le cerveau gauche est plus actif que le droit. Mais lorsqu’on écoute de la musique ou qu’on se focalise sur une perception visuelle dans l’espace, c’est l’inverse.

Notre créativité dépend d’un bon équilibre et d’une bonne communication entre les deux hémisphères du cerveau.

Ratio droite / gauche
Il est possible d’évaluer l’équilibre entre les deux hémisphères du cerveau en calculant le ratio entre la proportion d’ondes alpha dans le droit et dans le gauche. Si la proportion d’ondes alpha est similaire d’un côté et de l’autre du cerveau, ce ratio droite / gauche sera de 1. S’il y a plus d’ondes alpha dans l’hémisphère droit, le ratio droite / gauche sera supérieur à 1. Inversement, s’il y a plus d’ondes alpha dans l’hémisphère gauche, il sera inférieur à 1.

Chez la plupart des gens au repos, les yeux clos, le ratio droite / gauche est légèrement supérieur à 1. Cela s’explique probablement par l’accent mis dans notre culture sur les fonctions de l’hémisphère gauche.

En état de relaxation profonde, en revanche, on approche de l’équilibre entre les deux hémisphères.

De précédentes études ont déterminé que le ratio droite / gauche idéal devrait être de 1,1 dans la zone temporale, et de 1,15 dans la zone post-temporale.

L’Américain Richard Davidson a étudié le sujet en profondeur. Il a découvert que les patients dépressifs avaient dans les lobes temporaux un ratio droite / gauche systématiquement inférieur à 1, alors qu’il était supérieur à 1 chez les gens sociables et optimistes.

Il a retrouvé le même résultat chez des petits de 2 ou 3 ans : parmi un groupe d’enfants timides et inhibés, le ratio droite / gauche était inférieur à 1, alors qu’il était supérieur à 1 chez des enfants sociables et sans complexes.

Objectif
L’objectif de cette étude est de tester l’hypothèse que l’exercice de respiration Nadi Shodana améliore l’équilibre entre les deux hémisphères du cerveau, en s’appuyant sur les résultats du ratio droite / gauche d’ondes alpha.

Nadi Shodana
La respiration alternée (Nadi Shodana) est un exercice classique de respiration yogique. Il se pratique de la manière suivante : inspirer par la narine gauche (tout en fermant la droite), retenir le souffle (les deux narines fermées) et expirer par la narine droite (tout en fermant la gauche). Puis inspirer par la narine droite, retenir le souffle et expirer par la narine gauche. Cela constitue un cycle.

Pour plus de détails sur les différentes étapes de Nadi Shodana, voire le livre Yoga, Tantra et Méditation dans la Vie Quotidienne par Swami Janakananda.

Méthode
Deux groupes, constitués chacun de 12 personnes, ont été placés sous EEG avant et après Nadi Shodana. Le Groupe A était constitué d’enseignants et d’étudiants de l’Ecole scandinave de yoga et de méditation de Copenhague, possédant une pratique expérimentée de Nadi Shodana. Le groupe B était constitué d’élèves de l’Ecole venant juste d’apprendre Nadi Shodana. Tous étaient droitiers. Nous avons exclu les gauchers, leur équilibre entre les deux hémisphères cérébraux pouvant être différent.

Tous les participants ont effectué cinq cycles de Nadi Shodana, tels que décrits précédemment. Cela leur a pris 10 à 15 minutes. Pour effectuer les mesures, nous leur avons placé quatre électrodes sur la partie droite de la tête, et quatre autres sur la partie gauche ; les électrodes étaient retenues par une bande élastique. Les signaux des électrodes étaient transmis, via un amplificateur, à un ordinateur, sur l’écran duquel apparaissent les huit canaux de l’EEG. Les données étaient automatiquement enregistrées sur un disque dur, afin d’être analysées ultérieurement. Nous avons analysé des périodes d’enregistrement EEG de 60 secondes, pris avant et après Nadi Shodana dans les zones temporales et post-temporales – considérées comme les plus propices pour ce genre de mesure.

Résultats
Un changement s’est produit chez tous les participants du groupe expérimenté, au bénéfice d’un meilleur équilibre (figure 1).  Cinq personnes, dont le ratio droite / gauche était au départ inférieur à 1, ont atteint une valeur supérieure à 1 après Nadi Shodana. Inversement, chez cinq personnes dont le ratio droite / gauche était originellement élevé, nous avons constaté après l’exercice une baisse vers des valeurs plus optimales.

Dans la zone temporale, le ratio moyen est passé de 1,19 à 1,11. Dans la zone post-temporale, il est tombé de 1,43 à 1,19. Ces changements sont statistiquement significatifs, et ne peuvent être dus à des coïncidences.

Chez le groupe débutant, les ratios ont évalué vers un plus grand équilibre, mais le changement n’a pas été aussi significatif que chez les pratiquants expérimentés.

Fig. 1 Ratio droite / gauche avant et après Nadi Shodana (la respiration alternée)

Diagramme nadi shodana equilibre

A. Cinq personnes du groupe expérimenté avaient au départ un ratio droite / gauche inférieur à 1. Après l’exercice, il était supérieur à 1. Inversement, cinq personnes avaient avant l’exercice un ratio droite / gauche supérieur à 1. Après la pratique, sa valeur avait diminué. Toutes les personnes de ce groupe ont donc optimisé la relation entre les deux hémisphères de leur cerveau. Après Nadi Shodana, tous les membres de ce groupe s’approchaient de la valeur moyenne, ce qui rend le résultat statistiquement significatif.

B. Dans le groupe débutant, les valeurs du ratio droite / gauche après Nadi Shodana ont été plus disparates. Les résultats sont donc moins significatifs (même si la moyenne enregistrée pour la zone temporale est proche de la valeur optimale).

* Ces changements sont statistiquement significatifs. Ils ne peuvent être imputés au hasard.
Test de Wilcoxon : p<.001, ns= non significatif, N=10

Discussion et conclusion
Chez plusieurs participants expérimentés, nous avons constaté après Nadi Shodana un accroissement non seulement de leurs ondes alpha, mais aussi de leurs ondes béta. Cela peut sembler paradoxal, dans la mesure où une telle activation du cerveau se traduit normalement par une diminution des ondes alpha. Ce résultat peut se comprendre par le fait de devenir plus actif, en même temps que plus calme et plus clair dans sa tête.

Nous nous étions heurtés à un « paradoxe » similaire lors d’une précédente étude, durant laquelle nous avions suivi par EEG le processus de relaxation profonde de Yoga Nidra. Normalement, lorsque les ondes thêta augmentent, les ondes alpha diminuent, et vous sombrez dans le sommeil. Durant Yoga Nidra, toutefois, les ondes thêta augmentent, mais les ondes alpha ne baissent pratiquement pas. Au lieu de vous endormir, vous restez éveillé, et accédez à un niveau de conscience plus profond.

La figure 3 montre qu’après Nadi Shodana, la quantité d’ondes alpha est plus élevée dans l’hémisphère droit, et que le ratio droite / gauche est optimal.

De précédentes études avant et après les exercices de Kriya Yoga montrent les mêmes évolutions. Le ratio temporal moyen après le Kriya Yoga était de 1,12. Il s’accompagnait d’une augmentation significative des ondes alpha.

Des mesures EEG effectuées sur des participants au stage de trois mois (1986-1991) ont montré la même amélioration du ratio droite / gauche. Ces mesures n’étaient toutefois pas liées à la pratique de méditation spécifique, mais à un simple état de repos, avant et après le stage. Ce résultat prouve la permanence d’un effet long-terme.

Ces effets bénéfiques ont été détectés chez tous les participants, dans des zones du cerveau intimement liées au système limbique, qui est le siège de nos émotions.

Sur la base de ces résultats, nous pouvons conclure que Nadi Shodana, s’il est pratiqué régulièrement sur une longue période, influence favorablement l’équilibre entre les hémisphères cérébraux et, de fait, la stabilité émotionnelle de l’individu.

Fig. 2 Position des électrodes sur la tête durant les mesures EEG Placement electrodes nadi shodana
Dans cette étude quarte points de mesure ont été utilisés (T3-T6).

Fig. 3. Images cérébrales

EEG avant nadi shodana       EEG après nadi shodana

Au centre de ces figures, apparaît l’activité alpha avant et après Nadi Shodana (voir flèches). Par comparaison, nous voyons que les ondes alpha ont augmenté dans la partie droite du cerveau (plus de rouge), et que l’équilibre entre les deux hémisphères s’est amélioré.

Images sous licence Creative Commons :
Images (alphabetadeltatheta) par Hugo Gamboa, licence CC BY 4.0. Modification de la couleur de l’arrière plan par rapport au document original.

Remerciements :
Réjane Ereau, pour la traduction.