Tous les articles >>>

Force de préhension et pranayama

La force de préhension de la main

Est-ce que la pratique de pranayama peut rendre plus fort ? C’est ce que disent certains yogis et j’ai eu cet impression moi même. C’est pourquoi je voulais savoir si il y avait des études scientifiques dessus.

Une étude sur le pranayama

En 1996, une étude intéressante a été effectuée par la Vivekananda Kendra Yoga Research Foundation. Il s’agissait de tester l’influence de certains exercices respiratoires yogiques sur la force de préhension de la main. Les chercheurs responsables de cette étude spéculaient que les pratiques comprenant la respiration par seulement une narine à la fois, auraient une influence positive sur la force de préhension.

Le rythme nasal et ida et pingala nadi

Les pratiquants de pranayama savent que les narines sont parfois plus ouvertes, d’autres fois plus fermées. Ce phénomène est régulé par le rythme nasal qui, alternativement, ouvre et contracte les narines selon des intervalles compris entre deux et huit heures. Dans la tradition du yoga, ce savoir est nommé swara yoga. Ce rythme est aussi reconnu par la science. Il a également été lié au rythme basique de repos et d’activité. Il existe par ailleurs des études suggérant que la force de préhension, mesurée par un dynamomètre, est plus importante pendant les périodes d’activités.

Cela est tout à fait compatible avec la théorie du hatha yoga qui indique que les narines sont respectivement associées à deux énergies différentes circulant dans deux vaisseaux énergétiques majeurs qui se croisent dans les chakras au niveau de la colonne vertébrale : ida et pingala nadi. La narine droite est associée à pingala nadi qui conduit l’énergie physique. Tandis que la narine gauche est associée à ida nadi et l’énergie mentale.

Expérience

Le test s’est déroulé auprès d’un groupe de 130 enfants, durant un stage résidentiel de yoga en période de vacances scolaires. Les enfants étaient répartis en 5 groupes. Chaque groupe comprenait 30 enfants, sauf le cinquième, qui n’en comptait que 10. Chaque groupe avait été assigné à un exercice en particulier. A l’exception de l’exercice spécifique au groupe, tous les enfants avaient pratiqué les mêmes shat karmas, yoga asana, pranayama (sauf la pratique spécifique) ainsi que de la méditation.

Le premier groupe avait pratiqué surya anuloma viloma pranayama, un exercice au cours duquel on respire uniquement par la narine droite. Le deuxième groupe avait pratiqué chandra anuloma viloma pranayama, dans lequel on respire uniquement par la narine gauche. Le troisième groupe avait pratiqué nadi shodana pranayama où l’on respire alternativement par la narine gauche et la narine droite.

En plus de ces trois groupes, deux groupes de contrôle ont été constitués. Le premier a pratiqué « conscience de la respiration naturelle » tandis que le second a pratiqué des mudra (gestes) pour les mains, souvent employés conjointement avec les pranayamas. Pour chaque enfant, la force de préhension des mains a été mesurée au dynamomètre, au début du camp de vacances ainsi qu’à la fin.

Résultats

Il a été découvert que tous les enfants – dans les trois groupes ayant pratiqué le pranayama – avaient augmenté de façon notable leur force de préhension ; la force mesurée dans la main gauche ayant augmentée légèrement plus que celle de la main droite. Par contre, ni les enfants ayant pratiqué « conscience du souffle », ni ceux ayant pratiqué les mudras n’eurent cet effet.

Même si tous les enfants avaient réalisé les mêmes pratiques d’asanas et les mêmes pranayamas de base, il a été observé que seuls ceux ayant pratiqué une technique comprenant une respiration lente, à travers seulement une narine à la fois, montraient une augmentation significative de leur force de préhension.

Main
SAV
CAV
NDS
CDS
MDR
Main droite – début
25.6±1.3
23.9±1
24.0±1.6
26.7±1.4
29.5±2.4
Main droite – fin
26.7±1.4
24.9±1
26.4±1.6
27.1±1.4
29.4±2.2
Main gauche – début
24.0±1.3
22.3±1.1
23.6±1.7
25.1±1.4
28.1±2.2
Main gauche – fin
25.5±1.3
23.4±0.9
24.8±1.5
25.6±1.4
28.2±2.1

SAV = surya anuloma viloma pranayama, CAV = chandra anuloma viloma pranayama, NDS = nadi shodana pranayama, CDS = conscience du souffle, MDR = mudra

Tradition et science

On retrouve dans la littérature ancienne traitant du hatha yoga, des textes mentionnant que les pranayamas comprenant une manipulation de la manière dont le flux d’air passe à travers les narines, sont supposés équilibrer et éveiller la force vitale, le prana. Ceci peut être une explication devant ces résultats.

Quant aux chercheurs, ils ont supposé devant les résultats de cette étude, que ces pranayamas, entraînant une diminution de la consommation d’oxygène, expliqueraient l’augmentation de la force de préhension. Le résultat pourrait également être lié à l’influence qu’ont certains pranayamas sur le système nerveux et sur le cerveau. Par exemple, il a été établi que nadi shodana pranayama équilibre l’activité entre les deux hémisphères du cerveau.

Il existe par ailleurs d’autres études suggérant que les pranayamas entraîneraient une augmentation de la force et de l’endurance. A titre d’exemple, une étude s’est intéressée à la pratique de pranayama en complément à l’exercice physique. Elle a permis d’observer une augmentation de la vitesse des participants sur un tapis de course et une réduction de la consommation d’oxygène par unité de travail (comparativement à un groupe de contrôle effectuant uniquement des exercices physiques).

Pranayama une discipline peu étudiée

Les effets de pranayama, intéressants et parfois surprenants, sont malheureusement peu étudiés. Cependant, les rares études menées semblent confirmer ce que les yogis ont déjà éprouvé.

Remerciements :
Mona Bessaa, pour la relecture.

Cet article vous a-t-il été utile ?
OuiNon

Christian Möllenhoff professeur de yoga et e méditation
Rencontrez votre auteur

Christian Möllenhoff

Professeur de yoga et de méditation et formateur d’enseignants. Reconnu pour sa pédagogie des plus rigoureuses, Christian est le professeur principal de l’école Yoga & Méditation Paris et le créateur du site Forceful Tranquility.

A lire également