Un petit déjeuner adapté au pranayama

Par Christian Möllenhoff – publié le 21 décembre 2013

Dalia

Boisson au blé, petit-déjeuner très léger adapté pour une pratique intense de pranayama.

Les adeptes de pranayama, savent qu’il est crucial d’avoir digéré avant de pratiquer. A Yoga & méditation Paris, nous recommandons d’attendre au moins quatre heures après un repas principal. Un jeûne plus long est plus bénéfique encore. Le meilleur moment de la journée pour cette pratique, est tôt le matin, quand une nuit entière s’est écoulée depuis le dernier repas.

J’ai par le passé, enseigné auprès de plongeurs en apnée pratiquant la rétention du souffle en compétition. Ils me racontaient que, dans la communauté des plongeurs aussi, circulait cette conviction selon laquelle il semblait plus facile de retenir son souffle quand assez de temps était laissé à la digestion. Des chercheurs à Mittuniversitetet en Suède, travaillant avec un groupe de plongeurs ont voulu tester s’ils pouvaient vérifier cette influence décrite par les plongeurs.

Des expériences, réparties sur différents jours, ont été menées sur un groupe de treize plongeurs. Dans la première expérience, les 13 plongeurs étaient à jeun depuis 13 heures. Dans la seconde, ces mêmes plongeurs avaient pris un petit-déjeuner normal une heure et demi auparavant. Il s’agissait alors pour ces plongeurs de rester en apnée le plus longtemps possible.

Pour les plongeurs ayant retenu leur souffle après les 13 heures de jeûne, le temps moyen d’apnée était de 4,41 mn. Pour ceux ayant retenu leur souffle après seulement une heure et demi de jeûne, la durée  moyenne d’apnée était de 3,51 mn. Leur performance était 22% supérieure quand ils avaient eu 13 heures pour digérer.

Ces résultats s’expliquent par le fait qu’après un jeûne, même s’il est court, le corps peut plus facilement réduire le flux de sang vers le ventre. Lorsque l’on jeûne, le métabolisme est réduit jusqu’à un minimum et la consommation d’oxygène est diminuée. En même temps, le réflexe de plongée peut plus facilement supprimer le flux de sang vers certains organes, réservant ainsi l’oxygène pour les fonctions vitales. Cette étude qui confirme la présence d’un réflexe de plongée plus fort après un jeûne prolongé, a été publiée dans la revue scientifique European Journal of Sport Science en 2013.

Ainsi, il a été confirmé combien il est essentiel de planifier ses repas avant de pratiquer les pranayamas.

Pendant nos retraites de yoga et de méditation, lorsque pranayama est pratiqué plusieurs fois par jour, il faudra toujours considérer ce temps nécessaire à la digestion. Il est un repas que nous avons tout particulièrement choisi d’alléger : il s’agit notamment du petit-déjeuner, considérant que les participants, deux heures après ce petit-déjeuner, vont se rendre à la salle de yoga pour une session de méditation à base d’ujjayi pranayama.

Ce petit-déjeuner que nous avons choisi, un classique dans les ashrams en Inde, est constitué d’une boisson simple réalisée à base de blé complet et nommée, d’après le nom en hindi pour blé, dalia.

A propos de l’auteur
Christian Möllenhoff est suédois, il habite en France depuis 2010. Professeur de yoga et de méditation, formateur d’enseignants, il est connu pour ses longues séances et sa pédagogie des plus rigoureuses. Sa connaissance approfondie confère à son enseignement puissance et authenticité. Christian est le professeur principal de l’école Yoga & méditation Paris et le créateur du site Forceful Tranquility où il dispense ses cours en ligne.