Apprendre le yoga seul chez soi

Par Christian Möllenhoff – publié le 10 août 2019

Pratiquant souhaitant apprendre le yoga seul chez soi.

Il est communément admis que la meilleure façon d’apprendre le yoga est auprès d’un maître. Pourtant nous sommes nombreux à avoir débuté en autodidacte. Apprendre le yoga seul chez soi, si l’on s’y consacre sérieusement et rigoureusement, est-il vraiment un mode d’apprentissage de moindre efficacité ? Quels sont les éventuels désavantages ? Et y a-t-il même quelques avantages ? Comment aborder la pratique seul de la meilleure manière possible ? Dans cet article, nous verrons combien il est possible d’apprendre par soi-même et quand la présence d’un professeur expérimenté est préférable.

Attention ! Lorsque je parle de yoga, je ne fais pas seulement allusion au yoga postural. La tradition du yoga comprend toute une gamme de techniques, dont les exercices respiratoires et la méditation. Les postures sont loin d’être prédominantes.

Lorsque j’ai débuté le yoga en 1999, j’ai commencé seul chez moi. Je pratiquais alors plusieurs heures par jours et j’étais impressionné par ce que cela m’apportait. Depuis, j’ai pratiqué des milliers d’heures de yoga, la plupart du temps seul, sans guide. En fait, nous sommes nombreux à nous être ainsi initiés au yoga.

Mon propre maître, Swami Janakananda, a lui-même découvert le yoga avec une troupe de comédiens pantomimes dont il faisait partie. Lorsqu’il a voulu aborder le pranayama, il l’a fait grâce à un livre écrit par Swami Narayananda, un yogi indien qui séjournait au Danemark à l’époque. Il a scrupuleusement suivi ses consignes et a pratiqué nadi shodana pranayama quatre fois par jour. Il a atteint une maîtrise de la respiration remarquable. Lorsqu’il a rencontré son maître, Swami Satyananda, il avait déjà un niveau avancé. Mais grâce à lui, il a bien évidemment pu aller encore plus loin dans sa pratique.

Histoire

La possibilité d’apprendre le yoga en autodidacte n’est pas nouvelle. Yogi Ghamande, un yogi indien, a publié en 1905 le « Yogasopana Purvacatuska », un des premiers livres de yoga imprimé en masse. C’est un livre destiné à l’auto-apprentissage qui contient des images en similigravure de haute qualité artistique. Yogi Ghamande proposait aussi à ses lecteurs de le contacter par voie postale pour un guidage personnalisé ou même de passer chez lui. Peut-être s’agit-il du premier exemple d’un apprentissage à distance du yoga.

Les textes médiévaux soulignent la nécessité de recourir à un maître, mais une fois les techniques acquises, la pratique se fait seul. La Gheranda Samhita, qui date probablement du 17ème siècle, conseille de se construire une cabane destinée à la pratique du yoga. Le yogi doit s’installer dans cette cabane et pratiquer ce qu’il a appris auprès du maître. Nul part dans les anciens textes de référence sur le yoga, on ne trouve de descriptions des cours collectifs tels qu’on les pratique de nos jours. C’est un phénomène récent.

Qui sont les pratiquants autodidactes ?

De nos jours, la plupart des personnes qui s’initient seules au yoga sont particulièrement motivées. Elles sont capables de mener à bien leur pratique sans avoir besoin des encouragements d’un guide ou d’un groupe. Elles sont assidues et disciplinées, qualités clés pour réussir dans n’importe quel domaine, surtout dans le yoga. C’est pourquoi elles sont susceptibles d’aller loin dans leur pratique.

Mais elles disposent aussi d’un lieu où pratiquer sans être dérangées, ce qui est un élément crucial. Dans de rares cas, il s’agit d’une pièce spécialement dédiée à la pratique. La plupart du temps, c’est un espace qu’on peut facilement désencombrer.

Pratiquer le yoga seul chez soi – les avantages

Sans professeur qualifié à proximité, apprendre le yoga seul chez soi reste l’unique option. Mais ce n’est pas seulement par nécessité que les gens pratiquent seuls, il y trouvent aussi des avantages. Ils peuvent décider eux-même quelles techniques travailler, pratiquer à leur rythme, selon leur niveau, et sans avoir besoin de se déplacer. Et cela ne coûte rien, contrairement aux cours collectifs ou individuels.

Lorsque j’étais néophyte, je m’imposais deux sessions de yoga par jour seul à mon domicile. Je n’aurais jamais pu m’adonner au même rythme de pratique avec un professeur compte tenu de mon maigre budget d’étudiant. Cela aurait été financièrement très difficile. Qui plus est, j’étais libre de choisir les horaires de pratique qui convenaient le mieux à mon rythme de vie, ce qui m’a permis de m’immerger complètement dans le yoga tout en menant à bien mes études.

A l’époque, j’avais un livre pour seul guide. Aujourd’hui, avec toutes les ressources existantes sur le yoga, il est encore plus aisé de s’y mettre seul chez soi, à condition toutefois d’avoir un peu de bon sens, d’autodiscipline et une certaine facilité pour l’auto-apprentissage.

Les statistiques parlent

Dans une étude IPSOS de 2016 sur le yoga aux Etats-Unis, seulement 48% des pratiquants interrogés ont répondu que leur savoir sur le yoga provient de cours guidés par un professeur. 36% pratiquent grâce à des informations trouvées sur internet, 19% grâce à des supports audios ou vidéos en ligne, 18% grâce à des DVD ou VHS et 13% grâce à des livres.

La plupart des pratiquants combinent ces différentes sources d’informations. Fait particulièrement marquant qui ressort de cette étude: plus de 50% d’entre eux n’ont jamais pris de cours avec un professeur.

Les avantages de pratiquer en groupe

Si apprendre le yoga seul chez soi peut être une option intéressante pour certains, pour d’autres pratiquer avec un guide offre des avantages considérables.

Tout d’abord, la pratique en groupe donne accès à un espace et à un temps dédiés à la pratique. C’est une raison importante qui amène beaucoup de personnes à participer à des cours collectifs avec un professeur. Compte tenu de leur contexte familial, elles n’envisagent pas de pratiquer chez elles. Même si elles y disposent d’un espace ou d’une pièce pour leur séance de yoga, la présence de leur famille peut rendre la pratique difficile.

Le fait de se savoir engagé financièrement ou moralement dans une pratique aide aussi à honorer ses engagements. Prendre la décision d’établir une pratique sur la durée et s’y tenir n’est pas évident pour tout le monde. Être soutenu par une structure peut faire une réelle différence.

Lorsqu’on pratique avec un professeur, on se laisser guider par sa voix tout au long de la séance, on a juste à suivre les instructions. L’énergie du groupe et la concentration des uns et des autres aident à créer une atmosphère favorable à une pratique approfondie. C’est une atmosphère qui certes peut se créer à la maison, mais plus difficilement.

L’enseignant sait rythmer la séance, guider le groupe, l’amener à une concentration maximale. Il peut identifier les erreurs commises par les élèves ou certaines de leurs faiblesses et leur en faire part. Un bon professeur peut aussi littéralement ressentir, pendant les méditations, des blocages mentaux chez certains d’entre eux et leur donner des consignes pour les dépasser.

Pour beaucoup de personnes, la dimension sociale de la pratique en groupe est importante. Elles apprécient de rencontrer des gens qui s’engagent dans la même démarche ainsi que la possibilité de poser des questions aux professeurs de manière informelle avant et après les séances.

Surmonter les obstacles d’une pratique sans guide

Que vous pratiquiez en groupe avec un professeur ou seul, vous avez besoin d’instructions claires et fiables. Trouver un bon instructeur, qu’il s’agisse d’une personne physique, d’un site internet ou d’un livre, n’est pas forcément évident. Le mot yoga est devenu très galvaudé de nos jours. Il englobe diverses pratiques, allant des pratiques sportives à celles visant une expansion de conscience. Parfois le seul point en commun est leur appellation.

C’est pourquoi il peut être intéressant de pratiquer seul, même si vous avez un centre de yoga à proximité.

Et si l’essentiel de votre pratique se fait déjà de façon indépendante, participer de temps à autre à des cours menés par un professeur expérimenté ne peut être que bénéfique. Quand on pratique seul, on peut prendre de mauvaises habitudes et se méprendre sur certaines techniques, ce qu’un professeur peut aider à corriger. Qui plus est, la pratique collective du yoga, même occasionnelle, peut être inspirante pour votre pratique individuelle.

Le recours à des enregistrements audios permet d’obtenir presque les mêmes avantages que ceux dont on bénéficie quand on pratique avec un professeur. Dans notre tradition, nous enseignons le yoga avec des instructions verbales sans montrer les exercices. De ce fait, la pratique est plus concentrée et plus approfondie. C’est pour cette raison que je suis contre l’apprentissage du yoga par le biais de supports vidéos. J’ai créé un site pour la pratique du yoga en ligne et je n’y livre que des instructions audios.

En cas de pratique journalière intense de plusieurs heures, je vous recommande vivement de suivre scrupuleusement les instructions d’un expert.

Apprendre le yoga seul, est-ce sans risques ?

Le yoga classique et la méditation sont des pratiques à bas risques. Ce qui ne signifie pas qu’il n’y a aucun risque ou que toutes les pratiques sont forcément bonnes pour tous. Être à l’écoute de son bon sens, de son corps et de son esprit suffit habituellement. En progressant lentement, on peut prendre conscience de ses limites et déceler d’éventuels problèmes avant même qu’ils ne s’aggravent.

Si vous avez des soucis de santé, il convient de vous interroger sur les limites qu’ils peuvent imposer à votre pratique et d’en informer votre professeur en cas de cours guidés. Même si les professeurs de yoga ne sont pas médecins, ils peuvent si besoin personnaliser certaines instructions.

Gardez toutefois à l’esprit que les instructions données durant un cours collectif sont destinées à un groupe et que la pratique avec un professeur n’exclut pas tous les risques. En cas de doute, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé. Mais vous connaissez votre corps mieux que quiconque. Vous pouvez donc vous fier à votre propre ressenti pour adapter votre pratique. Quelle que soit l’option choisie, vous devez prendre vos responsabilités.

Quand il est nécessaire de recourir à l’aide d’un professeur ?

Apprendre des techniques yogiques avancées demande plus que de simples instructions. Il faut établir de bonnes conditions de pratique : rythme et cadre de vie favorables, alimentation correcte et activités permettant de stabiliser les effets des pratiques. Il est aussi nécessaire de développer une certaine structure mentale et des attitudes favorables, ce qui est difficilement réalisable par un débutant.

Pour créer ces bonnes conditions, les yogis pratiquent habituellement les techniques les plus avancées dans un ashram, un lieu de vie dédié à la pratique du yoga. Séjourner un certain temps dans un ashram auprès d’un maître et d’autres pratiquants est une expérience inspirante et très enrichissante. Elle permet d’instiller en nous les qualités d’un yogi et de  recevoir un entraînement rendant capable la maîtrise et l’intégration des effets d’une pratique avancée.

Les pratiques qui demandent ce genre d’encadrement sont les techniques les plus subtiles du hatha yoga, comme celles issues du Kriya Yoga de Swami Satyananda – les plus puissantes de notre tradition. Il s’agit de méthodes combinant postures, respiration, visualisations et méditations subtiles. La pratique complète du Kriya yoga prend plus de quatre heures. Mais durant la période d’apprentissage, on doit la soutenir par des heures de pratique de postures, de pranayama et de méditation.

Il serait théoriquement possible de trouver des livres traitant de ce sujet et de suivre les recommandations qui y figurent. Cependant, l’expérience des techniques avancées serait au mieux faible sans un cadre exceptionnel soutenant la pratique, au pire déstabilisante.

Si vous souhaitez vous initier à ces techniques avancées sans professeur, je vous conseille fortement d’en conférer au préalable avec un maître et de rester en contact avec lui. Seuls les pratiquants avec des années d’expérience en seraient capables.

Nous encourageons nos élèves à pratiquer le yoga chez eux entre les séances

La plupart des élèves de notre école viennent pratiquer chez nous une fois par semaine. Une minorité vient deux fois par semaine, et seules quelques personnes très motivées plus régulièrement encore. Une longue séance hebdomadaire de 2h15 suffit pour qu’un réel impact se fasse sentir dans la vie quotidienne. Mais nous encourageons tout de même nos élèves à pratiquer seuls chez eux entre les séances. Idéalement, tous les jours. Ceux qui le font sont ceux qui bénéficient le plus des cours collectifs guidés.

Conclusion – Apprendre le yoga seul chez soi ou pas?

Apprendre et pratiquer le yoga seul chez soi n’est pas une option de seconde zone. Au contraire, cette méthode d’apprentissage a de réels avantages, bien plus nombreux que les quelques obstacles et inconvénients qu’on peut lui attribuer. De plus, on peut résoudre ces derniers en utilisant des outils modernes, en restant en contact avec un maître expérimenté et en pratiquant occasionnellement avec un professeur.

Pour aller encore plus loin dans sa pratique et découvrir les subtilités du yoga avancé, mieux vaut être guidé par un maître et pratiquer dans des conditions exceptionnelles, de préférence dans un lieu dédié à la pratique du yoga.

Remerciements :
Elisabeth De Araujo, pour la relecture.

A propos de l’auteur
Christian Möllenhoff est suédois, il habite en France depuis 2010. Professeur de yoga et de méditation, formateur d’enseignants, il est connu pour ses longues séances et sa pédagogie des plus rigoureuses. Sa connaissance approfondie confère à son enseignement puissance et authenticité. Christian est le professeur principal de l’école Yoga & méditation Paris et le créateur du site Forceful Tranquility où il dispense ses cours en ligne.