Le programme classique

Par Christian Möllenhoff – publié le 31 janvier 2014

Matsyendrasana, illustration tirée du livre Yogasopasana de Yogi Ghamande paru en 1905.

Matsyendrasana, illustration tirée du livre Yogasopana de Yogi Ghamande, paru en 1905.

La manière traditionnelle
d’effectuer les asanas
Le programme classique est un des programmes de postures les plus utilisés dans l’enseignement de Yoga & méditation Paris. C’est un programme qui comprend quelques-unes des postures les plus connues et les plus profondes.

Toutes les postures de cette séquence se retrouvent dans les textes de source du hatha yoga et la série existe en diverses variations dans les traditions de yoga honorant la manière traditionnelle d’effectuer les asanas. Cette manière de pratiquer est également la manière décrite dans les livres de hatha yoga moderne publiés avant 1950.

Toutes les postures du programme sont statiques. Cela signifie que les asanas sont tenues longtemps en toute immobilité : environ deux minutes pour un débutant et jusqu’à dix minutes ou d’avantage encore pour les pratiquants expérimentés.

Les postures
Nous utilisons deux variations du programme : « le petit programme classique » qui comprend 10 postures et « le grand programme classique » qui en comprend 14, dans un enchaînement différent. Le programme est effectué doucement et en toute attention. Tout mouvement qui ne fait pas partie de la pratique doit être évité. C’est une pratique calme et méditative.

Sirsasana ou « debout sur la tête » est la première posture du grand programme et c’est également par sirsasana que s’achève le petit. C’est probablement la posture de yoga la plus connue et elle est l’une des trois postures inversées dans le programme. « Debout sur la tête » a l’air impressionnant. Autrefois, elle étonnait les colonisateurs anglais. Il est nécessaire de pratiquer pour l’apprendre, mais elle reste abordable pour la plupart des pratiquants.

Deux postures sont effectuées à partir de la posture du lotus, une asana de méditation relativement avancée. Il s’agit de yoga mudra asana, la posture calmante qui conclut le grand programme et le poisson, matsyasana. Le poisson existe également dans une variation simplifiée où les jambes restent allongées.

Autre posture : matsyendrasana, est la torsion spinale classique. Matsyendrasana tient son nom du yogi Matsyendranath. Il était l’un des fondateurs de l’ordre des Naths, au sein duquel le hatha yoga a fleuri à l’époque médiévale. La torsion spinale stimule l’alimentation du sang dans la colonne vertébrale et assouplit les muscles du dos. Garder la colonne vertébrale en forme est essentiel pour le hatha yogi.

Les deux grandes flexions vers l’avant sont paschimottanasana ou l’étirement du dos, et halasana aussi connue comme la charrue. Ces postures étirent tout l’arrière du corps. Quand un étirement est tenu assez longtemps, les tensions dans les muscles commencent à diminuer, ceci peut être mesuré. Ces tensions sont souvent psychosomatiques, liées par exemple au stress, aux frustrations ou peurs. Grâce aux étirements, le matériel mental noué par des tensions peut être libéré et rendu conscient.

La posture du cobra, bhjuangasana, la sauterelle (shalabhasana) et l’arc (dhanurasana) sont effectuées sur le ventre. Ces postures entraînent la force statique du dos, ce qui est utile pour préparer le dos à de longues méditations.

Savasana, allongé sur le dos, est la posture de base, ce qui donne le ton et le caractère de tout le programme. Quelques-unes des postures se font en position assise, mais aucune ne se fait debout, contrairement aux pratiques physiques modernes inspirées par les asanas du hatha yoga. Par ailleurs, savasana joue un rôle majeur pour harmoniser les effets des autres postures. Elle se trouve entre chaque groupe de postures et elle est également la posture finale de la petite série. Les qualités les plus subtiles de savasana se font ressentir particulièrement durant une longue séance du programme classique.

Dhanurasana

Dhanurasana est mentionnée pour la première fois par écrit dans le Hatha Yoga Pradipika daté du 14ème ou 15ème siècle. Cette photo a été prise lors du stage de trois mois au centre de retraite Håå en Suède, en 2013 (copyright Ecole Scandinave de Yoga et de Méditation).

Effets physiques
Ces postures influencent le corps de plusieurs manières. Chacune a son effet unique, mais c’est grâce à leur ensemble et à la manière dont vous les effectuez que les postures peuvent avoir un effet aussi profond sur votre état. La manière dont les postures sont effectuées est importante ; de même, l’ordre, la durée et le rythme ne sont pas dus au hasard.

Le sang circule différemment. Le mouvement de la respiration masse, dans certaines postures, les organes internes. Les postures inversant l’effet de la gravitation modifient le flux sanguin et soulagent le cœur. Certaines postures stimulent les glandes, équilibrant la production d’hormones. Elles permettent dans certains cas de guérir des maladies et réguler le poids du corps.

Les étirements dynamiques et rapides peuvent étirer et assouplir les muscles. Mais pour influencer les tendons, les ligaments et les fascias, des étirements prolongés sont nécessaires. Cela est obtenu avec les postures statiques du programme classique.

Autre effet fondamental est l’activation du système nerveux parasympathique. Il correspond à la partie du système nerveux responsable du ralentissement de la fréquence cardiaque et de la diminution de la pression artérielle, mais aussi de l’augmentation des sécrétions digestives et de la mobilité du tractus gastro-intestinal. Chez une personne souffrant de stress, le système nerveux parasympathique peut être en permanence affaibli. Ces postures contribuent au rétablissement d’un niveau d’activité correct et sont susceptibles de guérir un certain nombre de maladies.

L’intellect, les émotions et l’énergie subtile
Le prana – la force vitale – alimente les pensées et les émotions. Lorsque le prana est déséquilibré, cela se reflète dans notre état mental émotionnel. Aussi, en calmant le prana avec des asanas, notre état s’améliore. Pour cette raison, ces postures peuvent être très utiles chez des personnes ayant des difficultés psycho-émotionnelles ou facilement influencées par l’avis des autres.

Chaque posture influence un chakra spécifique, certaines en mobilisent plusieurs. Elles changent les flux du prana et les concentrent dans des endroits spécifiques. Si vous êtes sensible, vous pourrez peut-être le ressentir lorsque vous êtes dans une posture et parfois encore plus clairement, juste en sortant de celle-ci.

Pour stimuler davantage les chakras, il est possible de se concentrer précisément à l’endroit du corps où ils sont situés. Quand vous alimentez un chakra avec un flux continu d’attention, vous devenez plus conscient de ce centre et de ses fonctions. Dans le hatha yoga, c’est une manière parmi d’autres d’éveiller les chakras.

 

  • Matsyasana
  • Padmasana - la posture du lotus
  • Paschimottanasana - l'étirement du dos

 

Des peintures du19ème siècle conservées par
The British Library. Padmasana (la posture du lotus), 
variation du matsyasana (la posture du poisson) et
paschimottanasana (l’étirement du dos). ©British Library


Quand les effectuer ?

Le programme classique peut être pratiqué à n’importe quel moment, tant qu’un délai d’au moins trois heures après le dernier repas est respecté. Le moment idéal est tôt le matin. Juste après le sommeil de la nuit, le subconscient est plus ouvert et les qualités psychiques des postures se font ressentir plus facilement. En revanche, le matin, le corps est plus raide, ce qui rend le programme plus difficile pour les débutants. L’après-midi ou le soir, les postures sont plus faciles à effectuer.

Tard le soir, juste avant de se coucher, est un autre moment favorable ; le calme instauré par les postures amène un bon sommeil.

Le programme classique en tant que hatha yoga sadhana
Selon les anciens textes du hatha yoga, les postures, même si elles sont effectuées de manière traditionnelle, ne constituent qu’un support pour des pratiques plus subtiles telles que la méditation, les mudras et les bandhas et le pranayama. Cependant, pour les pratiquants de notre époque, elles constituent une préparation indispensable.

En savoir plus
Le programme classique est décrit en détails dans l’ouvrage de Swami Janakananda intitulé « Yoga Tantra et Méditation dans la vie quotidienne ».

Dans la boutique numérique de l’école vous trouverez des enregistrements qui faciliteront votre pratique du programme classique et avec lesquels vous pourrez commencer à pratiquer seuls.

A propos de l’auteur
Christian Möllenhoff est suédois, il habite en France depuis 2010. Professeur de yoga et de méditation, formateur d’enseignants, il est connu pour ses longues séances et sa pédagogie des plus rigoureuses. Sa connaissance approfondie confère à son enseignement puissance et authenticité. Christian est le professeur principal de l’école Yoga & méditation Paris et le créateur du site Forceful Tranquility où il dispense ses cours en ligne.